École Européenne d'Acupuncture

présentation générale

les fondateurs de l'E.E.A.

image du Père Larre
Claude Larre
image de Jean Schatz
Jean Schatz
image d'Elisabeth Rochat de la Vallée
Élisabeth Rochat de la Vallée

Jean Schatz (1919-1984)

Le docteur Jean Schatz est né en 1919 à Lausanne (Suisse). Docteur en Médecine et Docteur en Acupuncture de Taïwan, il fut également diplômé de l'Institut d'Acupuncture Chinoise de Hong-Kong et fit de nombreux voyages d'études en Asie. Il commença à pratiquer l'acupuncture dès 1951, et à partir des années 1960, il enseigna dans les écoles françaises d'acupuncture.

En 1976 il fonde l'École Européenne d'Acupuncture avec Claude Larre et Élisabeth Rochat de la Vallée, et il en est le Directeur de l'Enseignement jusqu'en 1984. Il fut également Chairman de la Société Internationale d'Acupuncture de 1976 à 1984.

Chercheur exigent et grand acupuncteur, il fut un précurseur de l'acupuncture en Europe et l'un des artisans de son rayonnement en Occident. Il fut le premier à étudier la proximité entre la physiologie énergétique et l'embryologie. Très vite, il perçut la nécessité d'approfondir directement les textes chinois, et dès 1970 il relança avec Claude Larre et Élisabeth Rochat de la Vallée l'étude sérieuse des Classiques médicaux de la médecine chinoise, actualisant leur pertinence à toute pratique authentique.

Il publia de nombreux articles dans des revues d'acupuncture françaises et étrangères, des revues et journaux spécialisés, et fit de nombreuses conférences sur des thèmes fondamentaux de l'acupuncture.

Ses vastes connaissances, sa culture, ses intuitions fulgurantes et son esprit de synthèse en firent un praticien et un enseignant extraordinaire qui a inspiré de nombreux acupuncteurs et chercheurs.

Claude Larre (1919-2001)

Né en 1919 à Pau (Pyrénées-Atlantiques), Claude Larre fit une licence de droit à Paris en 1937 avant d'entrer dans la Compagnie de Jésus en 1939. En 1947 il passe une licence de lettres classiques puis s'embarque pour la Chine, où il étudie la langue et la civilisation chinoises à l'Université de Pékin et au Centre d'études sinologiques de l'Université de Paris, établi depuis 1945 dans la capitale chinoise. En 1952 il est ordonné prêtre catholique à Shanghai, juste avant d'être expulsé par le régime communiste.

Il séjourne alors à Hong Kong, puis aux Philippines, où il fait sa dernière année de théologie. Rentré en France en 1953, il entreprend de se former aux études taoïstes à la section d'études religieuses de l'Ecole pratique des Hautes études, sous la direction de Max Kaltenmark, qu'il avait connu à Pékin.

Il séjourne ensuite en 1956-57 au Japon, puis surtout 9 ans au Vietnam où il est professeur à l'université de Saïgon et où il dirige jusqu'en 1965 l'École jésuite de langue vietnamienne. Parallèlement il commence à participer à la rédaction du Dictionnaire Ricci.

De retour à Paris il achève en 1969 sa thèse sur le Traité VII du Huainanzi, puis devient professeur de philosophie chinoise au Centre d'études philosophiques des Jésuites de France (devenu aujourd'hui le Centre Sèvres).

En 1971 il fonde l'Institut Ricci de Paris, qui constituera le cadre dans lequel les sinologues français apporteront leur collaboration au Dictionnaire français de la langue chinoise dit le « Petit Ricci » qui paraît en 1976.

En 1976 il fonde l'École Européenne d'Acupuncture avec Jean Schatz et Élisabeth Rochat de la Vallée. En 1984 il retourne en Chine pour un séjour à l'École d'Acupuncture de Chengdu, et en 1989 il revisite Pékin et Shanghai. De 1990 à 1996, il effectue 13 voyages entre Paris et Taiwan pour coordonner les travaux sur le Grand Ricci qui est achevé juste avant sa mort en 2001.

L'œuvre personnelle du Père Larre porte essentiellement sur le taoïsme et sur la médecine chinoise traditionnelle. Par son intelligence profonde de la philosophie et de la langue et par sa compréhension pratique de la culture chinoise il amena une contribution significative au développement de la compréhension mutuelle entre les cultures d'Orient et d'Occident dans leurs valeurs les plus élevées.

Élisabeth Rochat de la Vallée

Née à Paris, en 1949, Élisabeth Rochat de la Vallée est d'abord passée par les classes de Première et Lettres supérieures, puis par l'Université de Nanterre où elle a soutenu deux maîtrises en Lettres classiques et en Philosophie. Elle obtint ensuite un DEA de Chinois à Jussieu.

À 20 ans elle rencontre le Père Claude Larre, qui terminait alors sa thèse en philosophie chinoise sur le Huainanzi tout en commençant sa traduction du Daodejing.

Sous son influence, elle s'intéresse puis se passionne pour la pensée chinoise ancienne et la langue classique, et il l'y initie et guide son apprentissage. C'est une relation de maître à disciple qui se maintient pendant plus de 30 ans, intégrant au fil du temps, un travail commun de recherche et de traduction ainsi qu'un enseignement à deux voix.

En 1974, elle part un an à Taiwan pour perfectionner son chinois moderne tout en continuant ses travaux sur la langue classique et les écrits médicaux.

Dès 1971 elle forme une équipe avec le Père Larre et Jean Schatz afin de comprendre et d'expliquer les textes médicaux classiques. Ce trio de travail et bientôt d'enseignement débouche en 1976 sur la création de l'École Européenne d'Acupuncture. Un enseignement par séminaires s'organise à Paris sur la base de trois rencontres par an, puis des cours et séminaires se développent dans différents pays, à commencer par l'Italie. Des publications sur la médecine et sur la philosophie chinoise commencent sous la forme de livres et aussi de fascicules.

Après la disparition prématurée de Jean Schatz en 1984, elle continue avec le Père Larre la recherche, l'enseignement et les publications. Les séminaires s'étendent à différents pays d'Europe et d'Amérique; des publications paraissent en anglais, puis dans d'autres langues. Cet enseignement à deux voix mêle le vaste savoir et l'expérience du Père Larre dans la langue et les textes de chinois classique à sa connaissance particulière des textes médicaux et à son expérience pratique en acupuncture.

À partir du milieu des années 80 elle est amenée à s'impliquer de plus en plus dans le projet du Grand Ricci. En 1987, elle fonde l'Association Ricci avec Michel Deverge et avec les Pères Raguin et Larre, puis elle travaille sur ce dictionnaire pendant plus de 12 ans, devenant finalement responsable de son édition. Son activité de recherche et d'enseignement de la philosophie chinoise (en particulier taoïste) et de la médecine traditionnelle s'étend aujourd'hui à de nombreux pays, et elle est reconnue comme une autorité dans ces domaines.

fermer